Slow living : ralentir le rythme et prendre le temps

L’art de vivre, c’est tendance ! Minimalisme, lagom, hygge… au final, tous ces modes de vie ont de nombreux points communs. À vrai dire, j’en suis la première adepte, ces tendances m’inspirent et m’ont beaucoup appris, sur moi-même et sur mon plus gros défaut : mon impatience.

Article lié : Le Lagom : 7 raisons d’adopter ce mode de vie suédois

slow living

Alors non, je ne vais pas vous présenter un “art de vivre”, ni même des règles à suivre ou encore une mentalité à adopter. Aujourd’hui, on va apprendre à lâcher prise : parce que cela ne signifie pas que l’on prenne du retard, que l’on procrastine, que l’on abandonne. Lâcher prise, c’est apprendre de nos capacités, vivre bien et savourer l’instant présent. Oui “savourer l’instant présent” ce qu’on prône mais qu’on ne fait plus.

Je ne sais pas vous, mais moi, je suis fatiguée. Mes journées se ressemblaient atrocement : se préparer en vitesse en farfouillant dans un placard trop rempli, un thermos de café à la main, aller au travail et répondre aux mails tout lisant la to do du jour, commencer cette tâche mais… une urgence ! À 11h, je prends une micro pause pour appeler le fournisseur d’électricité car il y a un problème sur ma facture “votre temps d’attente est estimé à 10 minutes”, c’est trop. Enfin, prendre une pause déjeuner, manger vite en pensant à ne pas trop tarder pour ne pas prendre du retard, retourner travailler et reprendre le cours des choses. Finir sa journée, exténuée, déçue de ne pas avoir eu le temps de tout faire, rentrer défaitiste. Je n’ai pas envie de faire à manger. Un plat préparé, ça ira ? Ça ira. Une douche, se brosser les dents, pipi et au lit pour se réveiller demain et recommencer. Plus aucune saveur, aucune appréciation : robotisation, routine. Perte totale d’inspiration, pourquoi ? Parce que je n’ai pas besoin d’être inspirée.

L’engrenage du fast living

Fast fashion, fast food… toutes ces industries qui nous ont pourri-gâtés nous ont appris à vivre vite, à ne plus prendre le temps, à vouloir tout, tout de suite. On se moque de nos petits vieux qui radotent “à mon époque la baguette de pain coûtait 45 centimes… de francs !“, mais on les envie. Les carreaux, les pois, scandinave ou berbère, nordique, noël, la nouvelle couleur de cheveux de Caroline Receveur… on ne sait plus où donner de la tête. Alors c’est simple : soit on suit, on court après ce rythme acharné et dévastateur, ou bien on lâche prise. Parce qu’au final, les carreaux ne vous mettent pas en valeur, les pois sont déjà démodés à l’instant même où vous avez commencé à vous y intéressez et puis vous avez brûlé vos cheveux en voulant ressembler à Caroline Receveur, et pour finir, votre décoration a des airs aseptisés de Maisons du Monde et dans deux mois vous aurez encore envie de tout changer.

Sans oublier les fast food ! Depuis longtemps controversés mais toujours aussi fructueux ! On sait qu’ils sont mauvais pour la santé, on sait que les conditions de production doivent être minables pour nous vendre des menus à ce prix, on sait déjà tout ce qu’il se passe derrière un hamburger à la sauce addictive…

En plus d’accélérer le rythme de vie de l’Occident à en perdre la tête, cette routine nuit affreusement à l’Orient. Travail dangereux, pas d’accès au minimum vital, torture, déshumanisation, pollution, cancers, maladies, dégâts, blessés, morts… Parce qu’acheter un t-shirt ou un menu à 5 euros, n’est pas normal. Dans ces 5 euros sont répartis le salaire de celui qui la conçu, le transport et la publicité, le tout, enrichissant majoritairement la marque qui le revend. Vous comprendrez par cette équation qui subit les dommages collatéraux de ce système.

Prendre son temps

Revenons à nos moutons : en quoi prendre son temps peut-il être lié à toutes ces problématiques ? Tout simplement en acceptant de vivre au rythme de l’être humain, des êtres vivants et de la planète. Tout va trop vite, très vite et courir derrière le train n’est pas la solution :

  • écouter son corps ;
  • privilégier la qualité à la quantité ;
  • profiter des petits bonheurs du moment ;
  • prendre du recul vis à vis des médias sociaux.

Article lié : Préparer sa detox digitale en 5 étapes

Quelles solutions ?

À vrai dire, il y en a un paquet ! Et pour cela cet article ne suffirait pas à toutes les énoncer, d’autant plus que je ne les détiens pas toutes. Pour vous aider dans cette démarche, je vous avais déjà préparé une sélection des blogs et réseaux sociaux qui sont très instructifs en la matière : Ces 10 blogs qui m’aident au quotidien.

Concernant la mode, pour ne pas se laisser entrainer par la fast fashion, il faut :

  • se connaître, savoir ce que vous aimez, ce qui vous va et surtout ce qui VOUS fait plaisir ;
  • faire un gros tri et ne garder que les pièces que vous aimez vraiment ;
  • privilégier l’achat d’occasion (c’est moins cher, plus économique et écologique) ;
  • favoriser les commerçants, créateurs, boutiques en marche vers une production plus éthique et responsable.

Article lié : Trouver son style vestimentaire en 3 étapes par So Sab

L’objectif n’est pas d’avoir le plus grand dressing : une seule pièce associée avec différentes tenues n’a pas le même rendu. Vous pouvez donc jouer et alterner votre garde robe sans que celle-ci déborde. Un petit dressing avec l’essentiel suffit : vous gagnerez du temps le matin et vous aurez plus de satisfaction à porter ce que vous possédez.

Article lié : 3 idées de rangement pour une capsule wardrobe

En matière d’alimentation, privilégiez vos artisans et producteurs locaux : en réduisant les intermédiaires, vous ferez des économies et la réduction du transport des marchandises est plus écologique. De plus, vous y gagnerez en saveur et en nutriments car vous ne pourrez consommer que des fruits et légumes de saison. Si vous avez la place, la patience, le temps et l’envie, vous pouvez – pourquoi pas – faire vos propres plantations à la maison (et les plantes, ça égaye un espace, vous ne trouvez pas ?). Et enfin, on évite au maximum les plats préparés : alors je sais, on n’a pas toujours le temps. Mais faites au mieux !

Au travail, organisez-vous et ne vous laissez pas déborder. N’acceptez que ce qui est dans vos capacités, et si c’est au-delà, prenez vos responsabilités : si vous dites oui, assumez-le. Si vous dites oui c’est soit que vous la tâche à effectuer vous plaisez, soit que vous souhaitiez contribuer à un projet de bon coeur. Prenez le temps de faire les choses, de les faire dans l’ordre et de préserver votre santé mentale avant tout !

Article lié : 10 conseils pour faire face à l’accumulation de travail

Slow life

 

take time

Prendre le temps d’adopter de nouvelles habitudes

Comme je ne compte plus les “prendre le temps” dans cet article, autant finir là-dessus ! Prendre de nouvelles habitudes, changer son mode de vie et de consommation ne se fait pas du jour au lendemain. Certains vous diront un mois, d’autres deux semaines puis le voisin lui, il prendra cinq mois : intégrez votre changement à votre rythme, selon vos volontés et vos besoins. À vouloir aller trop vite et en essuyant trop d’échecs, vous allez rapidement vous décourager et finir par abandonner.

Prendre le temps, c’est aussi prendre le temps d’accepter le changement, de l’intégrer et d’adopter de nouveaux automatismes ! Valorisez vos efforts, aussi minimes soient-ils ! C’est comme cela qu’on avance : doucement mais sûrement !

ENREGISTRER CET ARTICLE SUR PINTEREST

Slow living

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.