Les 4 clés du succès d’un bon titre

Ecrire un bon titre

Après plus d’un mois d’absence sur la catégorie Blogging, c’est reparti avec un article sur la base de votre article de blog : votre titre. C’est votre première publicité, celui qui donne, avant toute chose, envie à vos lecteurs d’aller cliquer, de le lire. Si votre titre n’est pas accrocheur, c’est-à-dire assez explicite sans tout dévoiler, probablement que la visibilité de votre contenu sera impactée.

Vous vous investissez dans vos articles, vous y mettez du coeur mais vous n’avez quasiment ou très peu de retours et de visibilité ? Commencez par analyser vos titres, c’est peut-être là que ça coince. Alors, comment créer et produire des titres de qualité et donner envie de vous lire ? Je vous donne mes 4 astuces pour y arriver !

Je précise que ces conseils sont plus d’ordre journaliste que “blogging”, mais au final quelle est la différence ? Tout comme un journal votre blog a désormais énormément de concurrents, vos titres sont alors tout aussi importants.

Les fonctions du “bon” titre

Le titre, c’est la base de votre article, c’est la première chose que l’on lit. Avec les milliards de contenus produits sur le net régulièrement, si vous n’accordez pas assez d’importance à votre titre, personne ne s’y attardera. C’est votre chef d’orchestre ! Il attire le regard et donne la tonalité de votre contenu. Si votre titre est réussi, vous avez déjà bien attiré le lecteur ! Pourquoi le titre est-il si important ? Tout simplement parce que ses fonctions sont multiples et considérables :

  • Il attire et accroche le regard
  • Il donne l’essentiel de l’information, du sujet abordé : sans en dire trop, il permet d’identifier le sujet et les aspects du sujet qui seront évoqués
  • Il est un critère de sélection de lecture : votre lecteur est face à de nombreux articles, il sélectionnera donc de prime abord selon les titres
  • Il va donner envie (ou pas) de s’attarder sur le contenu qui suit
  • Il structure votre article : selon le titre, votre contenu sera produit en fonction pour aborder et répondre au sujet en question
  • Le titre est une promesse : si vous mentez, que vous survendez votre contenu, votre lecteur perdra confiance en vous et ne reviendra pas. Les titres “putaclik” ne fonctionnent que si le contenu qui suit y répond.

La production du “bon” titre

Un bon titre a plusieurs critères :

  • Il est clair et compréhensible : le vocabulaire est adapté, concret. Il faut éviter les sigles et les termes trop complexes.
  • Il est court et direct : il énonce juste ce qu’il faut. N’en dites pas trop. Évitez les compléments inutiles (adverbes, adjectifs…) et les répétitions. Préférez les mots forts et l’impact éditorial à la ponctuation, la forme active à la forme passive, l’affirmation à la négation. Évitez les verbes si possible.
  • Il cible votre lectorat : pour fidéliser votre lecteur, il faut qu’il se retrouve dans chacun de vos articles, qu’il soit habitué à votre “patte”. Ciblez votre titre en fonction du sujet, du secteur, du domaine… Votre lecteur ne doit pas être surpris en lisant votre contenu.
  • Il soulève une question dans lequel votre article fournira la réponse, ou appellera une réponse (vous pouvez donc favoriser l’interaction avec vos lecteurs).
  • Il est sur-mesure, il ne peut pas être récupéré pour un autre contenu, il est propre à un article en question. Si ce n’est pas le cas, c’est que vous êtes trop vague.
  • Il est original, il n’a pas déjà été évoqué (par exemple, en ce moment, je vois des dizaines voire centaines d’articles sur “les X astuces pour bien utiliser Pinterest”).
  • Il s’adapte au genre et à la tonalité de l’article. Il va donner le ton à votre style d’écriture.

Un “bon” titre est un titre qui informe

Un titre doit répondre à deux questions principales en priorité : Qui ? Quoi ?. Il peut aussi intégrer le Où ? Quand ? Enfin, votre chapô ou introduction (tout dépend de la façon dont vous structurez vos articles) répondra aux questions restantes : Pourquoi ? Comment ?

En lisant le titre et le chapô, le lecteur doit pouvoir avoir toutes les informations nécessaires s’il n’a pas envie de lire la suite. Le reste de votre contenu comprendra les détails, la mise en oeuvre etc… Tout ce qu’il faudra à votre lecteur pour qu’il ait plus de précision(s).

Vous pouvez aussi insérer des inter-titres, ou sous-titres dans le corps de votre article. Selon les besoins du lecteur, il ira directement chercher l’information là où elle se trouve, il aura sa réponse rapidement et sera satisfait de sa recherche : alors il reviendra !

Choisir avec ou sans verbe

Deux options s’offrent à vous selon votre écriture (il n’y a pas que des restrictions tout de même !) :

  • Sujet-verbe-complément : on indique une action, c’est plus narratif, plus complet.
  • Construction sans verbe : le mot clé doit être fort et impactant, on est sur un impact direct, qui se passe totalement de verbe d’action ou autre.

Et là, vous allez me dire : mais c’est aussi compliqué de produire un titre ? Je vous répondrai que ce n’est pas compliqué, il est juste essentiel de prendre en compte ces différentes variables qui peuvent attirer ou, au contraire, faire fuir votre potentiel lecteur. Les statistiques de votre blog sont votre récompense, le fruit de votre travail. Ils ne peuvent augmenter que si vous travaillez votre visibilité, et le titre est une forme de “publicité” que vous ne pouvez pas négliger. Le “putaclik” est très efficace mais aussi très dangereux, à utiliser avec modération ! La patience sera aussi votre plus grande force : si vous restez fidèle à votre ligne éditoriale et que vos contenus apportent de l’intérêt à vos lecteurs, ils reviendront, partageront et votre lectorat grandira petit à petit. Faites attention au “buzz” qui peut vous faire monter sur le devant de la scène autant qu’il peut détruire tout ce que vous avez bâti.

Et vous, quelles sont vos astuces pour un bon titre ?

Bisous, bisous,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.