La recherche d’appartement : ce calvaire

Recherche d'appartement calvaire

À la suite de notre mariage, nous habitions dans un studio en duplex, que je louais pour mes études car mon école était à côté. Les jours et les semaines passent et nous commençons vraiment à nous sentir l’étroit. Commence alors notre fameuse recherche d’appartement qui n’a pas été de tout repos.

Pourquoi déménager ?

Il faut savoir que la chambre qui se situait à l’étage permettait, certes, d’avoir un espace séparé du salon contrairement aux studios classiques, mais ne possédait pas de fenêtre. Autant vous dire que la luminosité était simplement artificielle, et l’air ne passait que très peu par la fenêtre qui ne trouvait juste en bas des escaliers. Nous avions l’espace nécessaire pour vivre à deux mais dans quelles conditions ?
L’été, la chambre est un four, les nuits y sont irrespirables et étouffantes et donc naturellement courtes et épuisantes. Depuis le sixième et dernier étage, avec un ascenseur dont on ne compte plus les pannes, le froid y est glacial l’hiver et trois chauffages sont insuffisants. Pourquoi je l’ai loué à l’époque ? Parce que j’étais étudiante, et mon dossier ne me permettait pas d’avoir mieux, dans les courts délais que j’avais pour ne pas finir à la rue. Bon, en dépit de ces désagréments, on aurait pu tenir un peu plus longtemps si les incidents qui suivirent ne s’étaient pas déclarés : le chauffe-eau qui fuit et les plaques de cuisson (électriques…) qui font sauter tout l’appartement lorsque l’on daigne les allumer. Bon, ça devient clairement invivable, et je vous avoue que je ne vous cacherai pas que notre agence n’a jamais été très efficace, puisque les problèmes ne sont pas résolus.
Enfin, nous étions à l’autre bout de la ville, nous faisions une heure de route aller, une heure de route retour dans les embouteillages pour aller au travail, et sans place de parking la conquête d’une place dans la rue était parfois bien laborieuse.

L’offre est bien trop inférieure à la demande

Pourquoi à votre avis ? Car nous sommes au mois de juin et que les offres de locations, dans notre si belle région, sont majoritairement destinées aux vacanciers ou aux étudiants locataires neuf mois dans l’année. Je dirais, à vue d’oeil, que 90% des annonces concernaient des locations temporaires, et 10% seulement des locations longue durée. Déjà, avec le nombre de candidats à la recherche d’un appartement, comparé aux appartements disponibles, on était pas mal démotivés. Pour tout vous dire, une agence qui nous a fait visiter un bien avait déjà 80 visites planifiées sur une seule journée (sur trois jours de visites prévus), soit 80 concurrents au minimum. De plus, face à des concurrents dont le salaire est le quadruple, voire quintuple du nôtre (honnêtement, je ne cherche pas un deux pièces avec de tels revenus…), nos chances étaient plus qu’infimes.

Avoir le choix entre “la peste et le choléra”

C’est le sentiment que l’on avait sur les appartements que l’on visitait, qui nous laissait une potentielle chance d’accepter notre dossier. Tout d’abord, il y a ceux qui estiment qu’un studio séparé en deux avec un rideau est un deux pièces, mais aussi ceux qui pensent qu’une cuisine sans ventilation dans un placard est sans danger. Et puis il y a les optimistes, dont l’appartement à louer “lumineux, exceptionnel et plein de charme” donnant un vis à vis direct sur la voie rapide de Nice, est déjà occupé par les insectes attirés par l’insalubrité du logement. Et je n’oublie pas les propriétaires qui confondent “vintage” et “non rénové depuis 1905”. Vous pensez qu’à Paris, c’est pire ? Je n’ai pas de comparatif à vous apporter, mais je sais que dans la région, les propriétaires n’ont, globalement, aucune considération pour les locataires, ni aucune envie de lâcher le moindre euro pour rendre leur logement a minima propre. Ils n’ont aucun scrupule à vous vendre des caves/parking, avec des pseudos fenêtres comme des “studios idéal pour étudiants”. Et la meilleure, c’est bien celui qui se permet de proposer un tarif pour un locataire, doublant le loyer s’ils sont deux dans l’appartement ! Magique, non ?
Nous ne sommes pas contre des retouches, des améliorations et des peintures à refaire, mais quand on parle de plomberie, d’électricité ou de travaux de grande envergure, c’est culotté de louer son bien à quasiment 800 euros par mois, alors que même les rats passent leur chemin ! Bon et je vous fais l’impasse sur les propriétaires trop gourmands qui pensent que leur bien vaut quasiment 1000 euros par mois pour une trentaine de mètres carrés.
Je voudrais bien vous montrer des annonces pour servir d’exemples, mais malheureusement mon sens de l’éthique m’empêche d’avoir recours à la délation.

Mais, les agences, on les paye pour nous aider, non ?

Ah ! Ne vous méprenez pas c’est une blague ! Bon déjà, avec ces histoires d’assurance pour les propriétaires méfiants (que je comprends parfaitement… ayant entendu des témoignages de propriétaires qui ont eu pour 30 000 de dégâts et d’impayés, ne pouvant malheureusement pas se débarrasser de locataires irrespectueux et malhonnêtes), sans CDI de mon côté, impossible d’avoir un dossier accepté, même avec les meilleurs garants du monde.
Enfin si ! Une agence a accepté notre dossier, en le “trafiquant” (sans notre accord… nous n’étions même pas au courant). Malencontreusement, notre dossier est l’un des rares à passer à l’inspection et l’agence annule la signature du bail, nous expliquant que malgré le trafic sur notre dossier, il n’est pas passé. Trafic ? Je n’ai jamais demandé à avoir recours à de telles manipulations ! Quelle honte pour une agence de vouloir tromper les assurances… Mais malgré ça, ils ne s’empêcheront pas de facturer des honoraires et de retenir votre caution.
De part les témoignages que j’ai pu entendre et recevoir, que vous soyez propriétaire ou locataire, les agences vous prennent beaucoup d’argent pour le peu d’efficacité que cela apporte dans la gestion du bien.

Je mets un petit warning pour préciser que ce n’est qu’un retour d’expérience, et que je ne doute pas que des agences sérieuses et efficaces puissent exister.

Mais, Pauline, comment as-tu trouver ?

Honnêtement, c’était une occasion. Notre propriétaire venait de récupérer son logement auprès de sa locataire qui s’en allait, et a posté une annonce totalement affreuse et illisible ! Les photos dataient de plusieurs années, et la description était incompréhensible. En bref, ce n’était pas sa plus grande préoccupation. Monsieur nous réserve une visite et je me demande alors pourquoi ? Déjà que l’annonce est affreuse, je n’imagine pas la réalité ! Les annonces sont toujours survendues comparé à la réalité. Mais celui-là, c’était l’exception. Entre temps, l’appartement avait été retapé, repeint et remis à neuf mais le propriétaire avait simplement “la flemme” de reprendre de nouvelles photos. Autrement dit, personne ne voulait le visiter de par sa mauvaise publicité, mais Monsieur a bien fait de faire confiance à son instinct.

Ça vous décourage vous aussi ? Il ne faut pas ! Je pense que ce que je vous raconte, c’est du vécu au travers de tous les candidats dans les grandes villes de France. Si j’ai bien un conseil à vous donner, c’est de rester à l’affût des nouveautés et de nouvelles annonces, d’avoir l’oeil et d’activer les notifications sur les sites de recherche que vous parcourez. Visitez autant que vous pouvez, parfois certains propriétaires ne savent pas prendre de photos, ont la flemme d’en prendre et ne sont pas spécialement “pressés” de louer, donc ne font aucun effort visuel ou autres. Soyez vigilants et ne désespérez pas, la patience est votre meilleur atout pour ne pas signer n’importe quel bail, et vous retrouver dans un logement qui ne vous convient finalement pas.

Et vous, quelle est votre dernière expérience dans la recherche d’appartement/maison ?

Bisous, bisous,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.