10 conseils pour faire face à l’accumulation de travail

Même si on tente parfois de se raisonner et de jauger notre quantité de travail par rapport à nos capacités, notre recherche du “mieux” prend le dessus et on se retrouve vite submergé. L’une de nos plus grosses faiblesses dans ces situations est l’organisation. Comment s’organiser et comment faire face ?

Article à lire : Le Lagom : 7 raisons d’adopter ce mode de vie suédois

Décomposer les tâches, en sous-tâches

Plutôt que d’écrire “faire mon mémoire”, décomposez cela en plusieurs tâches “faire l’introduction”, “trouver les visuels”, “mettre en page” etc… Premièrement, vous y verrez plus clair mais vous aurez également une meilleure vision sur l’avancement de vos projets en cours ! Et vous aurez également plus de satisfaction à cocher plusieurs tâches !

Faire des pauses régulièrement

Certains disent toutes les 25 minutes, d’autres toutes les 50 minutes. Il faut tout simplement que vous fassiez des pauses en fonction de vos besoins et de votre capacité. Pensez à vous arrêter parfois. En étant sur une tâche trop longtemps vous y perdrez en efficacité et en rigueur, vous finirez pas rendre un travail bâclé qui ne vous satisfera pas ! Prenez le temps d’accomplir et de réaliser vos projets. Il faut savoir se poser, même quelques minutes pour être à nouveau d’attaque à la reprise.

Savoir apprécier son avancement

Ne négligez pas votre performance et vos capacités. Apprenez à apprécier votre travail et la qualité de celui-ci. Les échecs sont essentiels à la progression donc il faut simplement s’en servir pour l’avenir et ce, pour améliorer votre performance. Évaluez ce que vous réalisez à sa juste valeur et acceptez vos faiblesses tout comme vos points forts.

Savoir dire “non”

Vous êtes débordé mais on vous en demande encore et encore ? Vous ne savez pas dire non ? Sauf que ce défaut vous perdra car au final, tous les travaux que vous livrerez seront négligés et vos clients, vos collègues ou autres, seront insatisfaits sans même savoir que vous êtes débordés. Il faut savoir dire non, et expliquer que vous avez une charge de travail importante qui vous empêcherait de mener à bien les missions supplémentaires que l’on souhaite vous confier.

Estimer la quantité par rapport à la capacité

Pour savoir dire non, il faut savoir jusqu’où vous pouvez aller. Non pas jusqu’à votre capacité maximale en testant vos limites, mais quelle charge de travail pouvez-vous cumuler pour que vos rendus soient dignes de votre savoir-faire. Vous n’êtes pas plus nul(le) qu’un(e) autre, vous n’êtes pas moins performant(e), car celui ou celle qui ira plus vite que vous sera peut-être moins en phase avec les exigences du commanditaire. On en revient donc au moins précédent : ne vous dénigrez pas, ne vous sous-estimez pas.

Associer le travail au sport

C’est prouvé, le sport améliore la qualité de vie et vos conditions physiques et mentales. Vous pouvez donc pratiquer quelques exercices tout en étant assis sur votre fauteuil derrière votre bureau, mais comment ? Vous pouvez, par exemple, levez les jambes parallèlement au sol pendant quelques minutes ou secondes et faire autant de répétitions, vous pouvez lever les genoux et travailler vos abdominaux… Vous pouvez trouver un tas d’exercices possibles à faire à votre travail, “ni vu ni connu” !

Savoir déléguer

Quand la charge de travail est importante et que vous n’en voyez plus le bout, apprenez à déléguer vos tâches ou à vous faire aider des personnes compétentes pour cela. Pour certains d’entre nous, c’est compliqué de confier une tâche à un collègue, de peur qu’elle soit mal réalisée. Mais entourez-vous de personnes de confiance pour pouvoir travailler collectivement.

Prioriser, hiérarchiser les tâches

Faites un peu de tri pour y voir plus clair dans vos missions. Essayez de prioriser chaque tâche pour vous organiser dans votre temps de travail. Placez le plus urgent en premier, et le moins urgent en dernier (évidemment !). Pour éviter de cumuler les urgences, organisez-vous en amont pour rendre vos travaux en temps et en heure, ce qui évitera la précipitation de dernière minute (l’étudiante que je suis est tout, sauf un exemple !).

Éviter le multi-tâches

Aujourd’hui, nous sommes trop exigeants avec nous-mêmes. Nous voulons optimiser au maximum notre temps. À tel point que cela est parfois dangereux : ne consultez pas et ne répondez pas à vos mails pendant votre trajet en voiture (si vous êtes conducteur), vous ne gagnerez que très peu de temps par rapport aux risques que vous prendrez. Ne cumulez pas deux tâches différentes en même temps, encore une fois, vous perdrez en performance et qualité. Faites les choses en temps et en heure et une par une, en temps voulu, d’où l’importance de prioriser. Quand vous êtes sur un projet, ne pensez pas à un autre en parallèle, vous allez vous embrouiller et vous perdre, et vous serez peut-être contraint(e) de tout recommencer.

Prendre du recul

Enfin, le meilleur pour la fin : prendre du recul. Vous avez du retard, votre commanditaire est mécontent ? Ne vous fâchez pas avec vous-même. Sachez également que le mieux est le pire ennemi du bien. À vouloir trop en faire, à vouloir rechercher une perfection subjective, vous allez totalement passer à côté de l’essentiel et votre travail ne conviendra pas. Soyez en accord avec vous-même dans vos réalisations. Les échecs et les mauvaises passes arrivent à tout le monde et profitez-en pour en faire une force, plus qu’une faiblesse. Évidemment, il n’est pas question de tout prendre à la légère mais de savoir lâcher prise avant de puiser excessivement dans vos ressources d’énergie.

 

Et voilà pour l’essentiel ! Tout est une question d’organisation et sachez que l’organisation vient avec le temps et l’expérience. À force de connaissances, vous pourrez mieux vous juger, et jugez vos capacités en fonction de vos tâches.

Comment faites-vous face à l’accumulation du travail ?

Bisous, bisous,

4 Commentaires

  1. 21 février 2018 / 13 h 17 min

    Hum, très intéressant, ça donne quelques pistes sympas pour mieux s’organiser ! Face à l’accumulation de travail, je fais des listes pour prioriser. Et généralement, le plus urgent se fera à la fin parce que ça me fout la trouille et que j’aime fuir ! Mais je me connais, je suis redoutable en état de stress et d’urgence. Néanmoins, pour ne pas faire cocote minute, je fais des pauses 😉

    Line
    https://la-parenthese-psy.com/

    • 21 février 2018 / 16 h 22 min

      Hello Line !
      Ah oui le plus dur c’est de rester calme en état de stress… Je t’avoue que même moi j’ai du mal ! Je suis comme toi j’ai des urgences qui me font peur mais bon à un moment j’essaie d’y aller sinon je suis capable de totalement laisser tomber ! En tout cas merci pour tes conseils sur ton blog de ton passage !
      XX, Pauline

  2. 12 mars 2018 / 18 h 31 min

    Merci pour cet article de rappel 🙂
    Je fais souvent des listes pour prioriser les choses à faire mais c’est vrai qu’il faut que j’apprenne à prendre du recul.

    xx

    • 12 mars 2018 / 21 h 07 min

      C’est plus facile à dire qu’à faire mais ça fait du bien, et surtout, au final, c’est bien plus productif 🙂
      XX, Pauline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.